Notes de bas de page dans une expression musicale

Généralités sur l’annotation de musique

Il existe deux catégories d’annotation concernant une expression musicale :

Les annotations événementielles

se rattachent à des événements particuliers, comme une note individuelle, un élément d’interprétation (doigté, accent ou nuance) ou des événements postérieurs (liaison, ligature manuelle). Une note de bas de page événementielle se libelle généralement sous la forme :

[position] \footnote [marque] décalage annotation musique
Les annotations temporelles

se rapportent à un point particulier du déroulement d’un contexte musical. Certaines commandes, telles \time et \clef, ne reposent pas sur un événement pour la création de l’objet métrique ou clef. Il en va de même pour un accord : sa hampe ou ses crochets ne sont créés qu’à la fin d’un moment (plus exactement au travers de l’un des événements note qui le composent). Il n’est pas possible de connaître assurément lequel des événements note d’un accord est plus particulièrement à l’origine de la hampe ou du crochet. Il est donc plus aisé, pour de tels éléments, d’utiliser des annotations temporelles.

Une annotation temporelle permet d’annoter des objets de rendu sans se référer à un événement. Elle se libelle généralement sous la forme :

\footnote [marque] décalage annotation [Contexte.]nom-grob

Les arguments, quelle que soit la catégorie d’annotation, peuvent se définir ainsi :

position

Lorsque la commande \footnote s’applique à un élément d’interprétation ou un événement rattaché, et uniquement dans ces cas, elle doit être précédée d’un indicateur de positionnement (‘-’, ‘_’ ou ‘^’) de façon à rattacher musique (avec sa marque) à la note ou au silence qui précède.

marque

Un markup ou une chaîne de caractères identifiant l’annotation tant au niveau de l’appel que de la note qui apparaîtra au bas de la page. L’absence de cet élément – ou une valeur de \default – incrémentera automatiquement le compteur. Ce compteur est par défaut réinitialisé à chaque page comportant une annotation. La numérotation peut être continue sur l’ouvrage en désactivant la variable reset-footnotes-on-new-page – see Variables supplémentaires d’entête et markup.

décalage

Une paire de nombres – ‘#(2 . 1)’ par exemple – spécifiant le décalage de la marque, en abscisse et en ordonnée, par rapport au point de référence. Des valeurs positives décalent vers la droite ou le haut, des valeurs négatives vers la gauche ou le bas ; des valeurs à zéro centrent la marque sur le point de référence. Le décalage s’exprime en espace de portée.

Contexte

Le contexte auquel appartient l’objet à annoter. Cet argument peut être omis dès lors qu’il s’agit d’un contexte de bas niveau tel que Voice.

nom-grob

Le type d’objet à annoter – ‘Flag’ par exemple. Lorsque cet élément est spécifié, c’est l’objet en question qui servira de point de référence, même s’il trouve son origine non pas directement dans une expression musicale mais dans tout objet du type spécifié intervenant à cet instant précis de la partition.

annotation

un markup ou une chaîne de caractères qui sera reporté au bas de la page.

musique

l’élément qui fait l’objet du commentaire, qu’il s’agisse d’un événement musical, de l’un des constituants d’un accord ou d’un événement rattaché.

Notes de bas de page événementielles

Ce type de note de bas de page s’attache à un objet de rendu généré directement par l’événement correspondant à musique. Il répond à la syntaxe :

\footnote [marque] décalage annotation musique
\book {
  \header { tagline = ##f }
  \markup "Notes de bas de page événementielles"
  \markup \null
  \relative c'' {
    \footnote #'(-1 . 3) "Une note." a4
    a4
    \footnote #'(2 . 2) "Un silence." r4
    a4
  }
}

[image of music]

Lorsqu’un accord fait l’objet d’une note de bas de page événementielle, chacune des hauteurs qui le composent se voit individuellement affublée de cette même annotation, ce qui n’est pas ce à quoi on pourrait s’attendre. Une des notes au sein de l’accord peut toutefois se voir attribuer une annotation :

\book {
  \header { tagline = ##f }
  \markup "Notes de bas de page événementielles"
  \markup \null
  \relative c'' {
    \footnote #'(1 . 3) "Un accord." <a-3 c-5>2
    <a-3 \footnote #'(3 . 0.5) "Une note dans un accord." c-5>4
  }
}

[image of music]

Lorsque l’annotation concerne un événement postérieur ou une articulation, la commande \footnote doit être précédée d’un indicateur de position (‘-’, ‘_’ ou ‘^’) et suivie de l’événement postérieur ou l’articulation comme argument musique. Dans ce cas, la commande \footnote peut se considérer comme une copie de son dernier argument auquel on attache une annotation. La syntaxe consacrée est :

position \footnote [marque] décalage annotation musique
\book {
  \header { tagline = ##f }
  \markup "Notes de bas de page événementielles"
  \markup \null
  \relative {
    a'4_\footnote #'(0 . -1) "Une liaison arbitrairement en dessous." (
    b8^\footnote #'(1 . 0.5) "Une ligature manuelle forcée en haut." [
    b8 ]
    c4 )
    c-\footnote #'(1 . 1) "Tenuto." --
  }
}

[image of music]

Notes de bas de page temporelles

Lorsque la note de bas de page se réfère à un objet de rendu résultant d’un événement – Accidental ou Stem découlent d’un NoteHead –, l’argument nom-grob de l’objet en question est requis après le texte de l’annotation, en lieu et place de musique :

\book {
  \header { tagline = ##f }
  \markup "Notes de bas de page temporelles"
  \markup \null
  \relative c'' {
    \footnote #'(-1 . -3) "Un bémol." Accidental
    aes4 c
    \footnote #'(-1 . 0.5) "Un autre bémol." Accidental
    ees
    \footnote #'(1 . -2) "Une hampe." Stem
    aes
  }
}

[image of music]

Notez bien que, lorsque nom-grob est spécifié, tous les objets de ce type qui se trouvent à ce même instant se verront attacher une annotation :

\book {
  \header { tagline = ##f }
  \markup "Notes de bas de page temporelles"
  \markup \null
  \relative c' {
    \footnote #'(-1 . 3) "Un bémol." Accidental
    <ees ges bes>4
    \footnote #'(2 . 0.5) "Une articulation." Script
    c'->-.
  }
}

[image of music]

Une note incluse dans un accord peut individuellement se voir attribuer une annotation événementielle. Une tête de note (NoteHead) est le seul objet directement généré par un constituant d’accord ; elle peut donc être affectée d’une annotation événementielle. Tous les autres objets constituant un accord sont générés indirectement. La commande \footnote ne dispose pas d’une syntaxe permettant de spécifier à la fois un type d’objet et un événement particulier auquel s’attacher. De tels objets pourront toutefois faire l’objet d’une annotation temporelle, préfixée d’un \single afin d’annoter l’événement directement consécutif :

\book {
  \header { tagline = ##f }
  \markup "Notes de bas de page temporelles"
  \markup \null
  \relative c'' {
    < \footnote #'(1 . -2) "Un la." a
      \single \footnote #'(-1 . -1) "Un dièse." Accidental
      cis
      \single \footnote #'(0.5 . 0.5) "Un bémol." Accidental
      ees fis
    >2
  }
}

[image of music]

Note : Lorsque plusieurs notes de bas de page se rapportent à un même empilement vertical comme ci-dessus, elles sont numérotées et apparaîtront selon l’ordre vertical des éléments présentés, autrement dit celui positionné le plus haut en premier, non dans leur ordre d’apparition dans le fichier source.

Les objets de rendu tels que changement de clef ou d’armure tirent leur origine dans la modification d’une propriété plutôt que d’un véritable événement. D’autres, comme les barres ou numéros de mesure, dépendent directement de la temporisation. C’est la raison pour laquelle de tels objets doivent s’annoter en fonction de leur survenance au fil de la musique. Les notes de bas de page temporelles sont la solution à privilégier lorsqu’il s’agit d’annoter les hampes ou ligatures affectant des accords : bien qu’une telle fonctionnalité puisse s’appliquer à l’un des événements constituant l’accord, rien ne laisse présager lequel serait le plus approprié.

En matière de note de bas de page temporelle, l’objet de rendu considéré doit toujours être mentionné explicitement, ainsi que le contexte si l’objet est créé dans un autre contexte que celui du plus bas niveau.

\book {
  \header { tagline = ##f }
  \markup "Notes de bas de page temporelles"
  \markup \null
  \relative c'' {
    r1 |
    \footnote #'(-0.5 . -1) "Changement de métrique." Staff.TimeSignature
    \time 3/4
    \footnote #'(1 . -1) "Hampe de l'accord." Stem
    <c e g>4 q q
    \footnote #'(-0.5 . 1) "Barre de mesure." Staff.BarLine
    q q
    \footnote #'(0.5 . -1) "Changement d'armure." Staff.KeySignature
    \key c \minor
    q
  }
}

[image of music]

Les appels de note peuvent être personnalisés, et le trait reliant l’objet à l’appel supprimé :

\book {
  \header { tagline = ##f }
  \markup "Appels de note personnalisés"
  \markup \null
  \relative c' {
    \footnote "*" #'(0.5 . -2) \markup { \italic "* La première note." }
    a'4 b8
    \footnote \markup { \super "$" } #'(0.5 . 1)
      \markup { \super "$" \italic " La deuxième note." }
    e c4
    \once \override Score.Footnote.annotation-line = ##f
    b-\footnote \markup \tiny "+" #'(0.1 . 0.1)
      \markup { \super "+" \italic " Éditorial." } \p
  }
}

[image of music]

D’autres exemples de personnalisation des appels de note sont donnés à la rubrique Notes de bas de page dans du texte indépendant.


GNU LilyPond – Manuel de notation v2.25.17 (branche de développement).