1.8.2 Mise en forme du texte

Nous allons voir dans les lignes qui suivent la manière de mettre en forme du texte à l’aide de la syntaxe propre au mode markup.


Introduction au formatage de texte

Un bloc \markup ou \markuplist permet d’ajouter du texte et dispose de sa propre syntaxe que nous appellerons le « mode markup ». De tels blocs peuvent s’utiliser partout, comme indiqué dans Vue d’ensemble des objets textuels.

En mode markup, les mots s’écrivent tels quels. Un mot isolé ne requiert pas de guillemets.

\markup intenso

[image of music]

Une suite de mots peut se regrouper en les bornant par des guillemets informatiques ".

\markup "molto intenso"

[image of music]

Au delà du simple fait de grouper des mots, les guillemets informatiques permettent d’imprimer littéralement des caractères spéciaux – tels qu’un ‘\’ ou un ‘#’ – sans influer sur le formatage du texte. Il est de ce fait possible d’imprimer des guillemets informatiques " dès lors qu’ils sont précédés d’une oblique inverse.

\relative {
  a'1^"\italic markup..."
  a_\markup { \italic "... imprime des lettres en \"italique\" !" }
  a a
}

[image of music]

La mise en forme s’obtient à l’aide de commandes dédiées dont le nom est précédé d’une oblique inverse. Elles prennent un certain nombre d’arguments spécifiques à la commande. Une liste exhaustive des commandes spécifiques au mode markup est fournie dans l’annexe Commandes pour markup (en anglais).

\markup \italic "string. assai"
\markup \with-color "red" intenso

[image of music]

Les commandes de markup peuvent être imbriquées. Un bloc markup sera clôturé dès lors que toutes les commandes qu’il contient auront reçu leurs arguments.

\markup \with-color "red" \italic intenso

[image of music]

Plusieurs expressions markup peuvent se regrouper par des accolades pour former une liste de markups. En l’absence de formatage particulier, les éléments d’une liste de markups sont affichés en enfilade.

\markup { molto \italic intenso }

[image of music]

Certaines commandes n’attendent pas un simple markup, mais une liste de markups, ce qui permet des présentations plus élaborées qu’une simple enfilade.

\markup \center-column {
  \bold "Des Simplicius Simplicissimus Jugend"
  "Karl Amadeus Hartmann"
}

[image of music]

De plus, certaines commandes ne renvoient pas un markup, mais une liste de markups. Leur résultat peut alors s’utiliser là où on attendait une liste de markup. Une liste de ces commandes est fournie à l’annexe Commandes pour liste de markups (en anglais).

\markup \string-lines
    "Twinkle, twinkle, little star,
     How I wonder what you are!"

[image of music]

\markup \center-column \string-lines
    "Twinkle, twinkle, little star,
     How I wonder what you are!"

[image of music]

Les éléments d’une liste composite de markups sont tout bonnement traités comme des éléments de la liste principale.

\markup \center-column {
  \bold "Des Simplicius Simplicissimus Jugend"
  { Karl Amadeus \smallCaps Hartmann }
}

[image of music]

Plusieurs éléments d’une liste de markups seront mis en rang sur une même ligne s’ils sont regroupés à l’aide de la commande \line.

\markup \center-column {
  \bold "Des Simplicius Simplicissimus Jugend"
  \line { Karl Amadeus \smallCaps Hartmann }
}

[image of music]

Le comportement des commandes prenant en argument des markups mais s’appliquent à des listes de markups constitue une fonctionnalité spéciale. Lorsque leur dernier argument est une liste et non un markup, chacun des éléments de cette liste se voit appliquer le traitement de la commande.

\markup \box { Karl Amadeus \smallCaps Hartmann }

[image of music]

Dans ce cas, le résultat est par contre une liste de markup qui peut donc être passée à une commande attendant une liste de markups ou une commande attendant un markup, avec à nouveau le comportement que nous venons de voir.

\markup \center-column \box { Karl Amadeus \smallCaps Hartmann }
\markup \rotate #30 \box { Karl Amadeus \smallCaps Hartmann }

[image of music]

L’application de la commande \line à une liste de markups permet qu’lle soit traitee comme un argument markup unique.

\markup \box { Karl Amadeus \smallCaps Hartmann }
\markup \box \line { Karl Amadeus \smallCaps Hartmann }

[image of music]

Lorsque l’intégralité du contenu d’une expression \markup est une liste de markups, elle est implicitement reproduite avec la commande \line. Ses éléments sont donc empilés horizontalement et groupés dans un seul bloc de texte insécable. La commande \markuplist agit différemment : elle attend une liste de markups et affiche individuellement les éléments markups sur la page, les empilant verticalement, autorisant par ailleurs les sauts de page. L’exemple ci-dessous illustre cette différence.

\markup \box \wordwrap {
  Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur
  adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt
  ut labore et dolore magna aliqua.  Ut enim ad minim
  veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris
  nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.
}

\markuplist \box \wordwrap-lines {
  Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur
  adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt
  ut labore et dolore magna aliqua.  Ut enim ad minim
  veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris
  nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.
}

[image of music]

Vous pouvez stocker les étiquettes textuelles en tant que variables, et attacher ces identificateurs à des notes, comme ici :

allegro = \markup \bold \large Allegro

{
  d''8.^\allegro
  d'16 d'4 r2
}

[image of music]

La syntaxe de la commande \etc permet de définir des raccourcis personnalisés utilisables dans le cadre des commandes \markup.

\markup reddish = \markup \with-color "tomato" \etc

\markup { molto \reddish intenso }

[image of music]

Le fonctionnement interne de ces commandes et la façon d’en implémenter de nouveaux est abordée dans Fonctions pour markups.

Voir aussi

Manuel de notation : Commandes pour liste de markups, Commandes pour markup, Vue d’ensemble des objets textuels.

Manuel d’extension des fonctionnalités : Fonctions pour markups

Fichiers d’initialisation : ‘scm/define-markup-commands.scm’, ‘scm/markup.scm’.

Morceaux choisis : Texte.

Référence des propriétés internes : TextScript.

Problèmes connus et avertissements

Les messages d’erreur de syntaxe en mode markup sont peu explicites.


Sélection de la fonte et de la taille

Le mode markup autorise des changements élémentaires de la fonte :

\relative {
  d''1^\markup {
    \bold { Più mosso }
    \italic { non troppo \underline Vivo }
  }
  r2 r4 r8
  d,_\markup { \italic quasi \smallCaps Tromba }
  f1 d2 r
}

[image of music]

La taille des caractères se modifie, relativement à la taille globale des portées, de différentes manières.

Vous pouvez adopter l’une des tailles prédéfinies, comme ici :

\relative b' {
  b1_\markup { \huge Sinfonia }
  b1^\markup { \teeny da }
  b1-\markup { \normalsize camera }
}

[image of music]

Vous pouvez la modifier relativement à sa valeur précédente :

\relative b' {
  b1_\markup { \larger Sinfonia }
  b1^\markup { \smaller da }
  b1-\markup { \magnify #0.6  camera }
}

[image of music]

Vous pouvez l’augmenter ou la diminuer par rapport à la taille globale de portée :

\relative b' {
  b1_\markup { \fontsize #-2 Sinfonia }
  b1^\markup { \fontsize #1 da }
  b1-\markup { \fontsize #3 camera }
}

[image of music]

Vous pouvez lui attribuer une valeur arbitraire quelle que soit la taille de portée globale :

\relative b' {
  b1_\markup { \abs-fontsize #20 Sinfonia }
  b1^\markup { \abs-fontsize #8 da }
  b1-\markup { \abs-fontsize #14 camera }
}

[image of music]

Lorsque le texte comporte des espaces, mieux vaut le borner par des guillemets informatiques ; s’en suivra une meilleure adéquation entre la taille des espaces et celle des autres caractères :

\markup \fontsize #6 \bold { Sinfonia da camera }
\markup \fontsize #6 \bold { "Sinfonia da camera" }

[image of music]

Vous pouvez imprimer du texte en indice ou en exposant. Celui-ci sera dans une taille plus petite, mais rien ne s’oppose à ce que vous lui affectiez une taille normale :

\markup {
  \column {
    \line { 1 \super st movement }
    \line { 1 \normal-size-super st movement
      \sub { (part two) }  }
  }
}

[image of music]

Le mode markup vous permet de sélectionner d’autres familles de fontes. Par défaut, LilyPond utilise une police avec empattement, du type roman, et tout changement doit être explicite. Dans la dernière ligne de l’exemple qui suit, vous noterez qu’il n’y a aucune différence entre les premier et deuxième mots.

\markup {
  \column {
    \line { Act \number 1 }
    \line { \sans { Scene I. } }
    \line { \typewriter { Verona. An open place. } }
    \line { Enter \roman Valentine and Proteus. }
  }
}

[image of music]

Certaines familles de police spécifiques aux nombres ou aux nuances par exemple, ne disposent pas de tous les caractères, comme nous l’avons vu dans les chapitres Personnalisation des indications de nuance et Indications de reprise manuelles.

Lorsqu’un changement survient au milieu d’un mot, il se peut qu’un espacement supplémentaire apparaisse. Il suffit en pareil cas de concaténer les différents éléments :

\markup {
  \column {
    \line {
      \concat { 1 \super st }
      movement
    }
    \line {
      \concat { \dynamic p , }
      \italic { con dolce espressione }
    }
  }
}

[image of music]

Une liste des différentes commandes permettant de changer de fonte ou d’utiliser des fontes personnalisées est disponible à l’annexe Font.

Pour savoir comment personnaliser des fontes, reportez-vous au chapitre Fontes.

Commandes prédéfinies

\teeny, \tiny, \small, \normalsize, \large, \huge, \smaller, \larger.

Voir aussi

Manuel de notation : Fonte, Fontes, Indications de reprise manuelles, Personnalisation des indications de nuance.

Fichiers d’initialisation : ‘scm/define-markup-commands.scm’.

Morceaux choisis : Texte.

Référence des propriétés internes : TextScript.

Problèmes connus et avertissements

Le recours aux commandes \teeny, \tiny, \small, \normalsize, \large et \huge produiront des espacements nettement moins réguliers que si vous utilisez \fontsize.


Alignement du texte

Cette partie traite de la manière de positionner du texte en mode markup. On déplace l’intégralité d’un objet markup en utilisant la syntaxe décrite au chapitre Déplacement d'objets.

Les objets de type markup peuvent s’aligner de différentes manières. Une indication textuelle est par défaut alignée sur son extrémité gauche. Dans l’exemple qui suit, il n’y a aucune différence entre les deux premiers markups. Cet exemple indique aussi différentes syntaxes pour les commandes d’alignement.

\relative {
  d''1-\markup { poco }
  f
  d-\markup { \left-align poco }
  f
  d-\markup { \center-align { poco } }
  f
  d-\markup \right-align { poco }
}

[image of music]

L’alignement horizontal peut être ajusté à l’aide d’une valeur numérique :

\relative {
  a'1-\markup { \halign #-1 poco }
  e'
  a,-\markup { \halign #0 poco }
  e'
  a,-\markup { \halign #0.5 poco }
  e'
  a,-\markup { \halign #2 poco }
}

[image of music]

Enfin, les mots et tout autre objet peuvent se déplacer en les faisant précéder d’un décalage. Un décalage négatif est possible, ce qui aura pour effet de déplacer les objets qui le suivent dans la direction opposée. Bien que le décalage soit normalement invisible, des commandes spécifiques permettent de le mettre en évidence comme dans l’exemple ci-dessous :

\relative {
  d''1-\markup { poco }
  f
  d-\markup { \with-color #darkred \box \hspace #4 poco }
  f
  d-\markup { \with-color #darkred \box \hspace #-4 poco }
  f
  d-\markup { \with-color #darkred \box \hspace #10 poco }
}

[image of music]

Certains objets possèdent leurs propres procédures d’alignement, qui annuleront toute spécification d’alignement que vous pourriez leur affecter. La solution consiste alors à déplacer l’intégralité de ces objets markup, comme indiqué par exemple au chapitre Indications textuelles.

L’alignement vertical est quant à lui un peu plus compliqué. Comme nous l’avons vu ci-avant, les objets markup peuvent être déplacés dans leur intégralité. Il est néanmoins possible de déplacer certains éléments spécifiques au sein d’un bloc markup. En pareil cas, l’élément à déplacer doit être précédé d’un « point d’ancrage » – un autre élément du markup ou un objet invisible. L’exemple qui suit illustre ces deux possibilités. Vous noterez par ailleurs que le dernier markup, dépourvu de point d’ancrage, n’est de ce fait pas déplacé.

\relative {
  d'2^\markup {
    Acte I
    \raise #2 { Scène 1 }
  }
  a'
  g_\markup {
    \lower #4 \bold { Très modéré }
  }
  a
  d,^\markup \raise #4 \italic {
    Une forêt.
    }
  a'4 a g2 a
}

[image of music]

Certaines commandes permettent de régler l’alignement des objets textuels en mode markup, tant au niveau horizontal que vertical.

\relative {
  d'2^\markup {
    Acte I
    \translate #'(-1 . 2) "Scène 1"
  }
  a'
  g_\markup {
    \general-align #Y #3.2 \bold "Très modéré"
  }
  a
  d,^\markup \translate-scaled #'(-1 . 2) \teeny {
   "Une forêt."
  }
  a'4 a g2 a
}

[image of music]

Ici aussi, un décalage (positif ou négatif) constitue un moyen efficace de positionner verticalement des objets empilés dans un markup :

\relative {
  d'2^\markup {
    Acte I
    \column {
      \with-color #darkred \box \vspace #-1
      "Scène 1"
    }
  }
  a'
  g_\markup \column {
    \with-color #darkred \box \vspace #1
    "Très modéré"
  }
  a
  d,^\markup \column {
   "Une forêt."
    \with-color #darkred \box \vspace #2
  }
  a'4 a g2 a
}

[image of music]

Un objet de type markup peut contenir plusieurs lignes de texte. Dans l’exemple suivant, chaque élément ou expression ira se placer sur sa propre ligne, tantôt alignée à gauche, tantôt centrée.

\markup {
  \column {
    a
    "b c"
    \line { d e f }
  }
  \hspace #10
  \center-column {
    a
    "b c"
    \line { d e f }
  }
}

[image of music]

Pareillement, une liste d’éléments ou d’expressions sera répartie sur une ligne entière, voire même centrée sur toute la page s’il n’y a qu’un seul élément. De telles expressions peuvent à leur tour contenir du texte multiligne ou une autre expression markup.

\markup {
  \fill-line {
    \line { William S. Gilbert }
    \center-column {
      \huge \smallCaps "The Mikado"
      or
      \smallCaps "The Town of Titipu"
    }
    \line { Sir Arthur Sullivan }
  }
}
\markup {
  \fill-line { 1885 }
}

[image of music]

Les éléments peuvent se répartir sur une largeur spécifiée par une dérogation à la propriété line-width. Celle-ci est réglé par défaut à #f, autrement dit l’entièreté de la ligne :

\markup {
  \column {
    \fill-line { left center right }
    \null
    \override #'(line-width . 30)
    \fill-line { left center right }
  }
}

[image of music]

Les indications textuelles, lorsqu’elles sont relativement longues, peuvent se répartir sur plusieurs lignes en fonction de la largeur de ligne. Le texte sera alors soit aligné à gauche, soit justifié, comme le montre l’exemple suivant :

\markup {
  \column {
    \line  \smallCaps { La vida breve }
    \line \bold { Acto I }
    \wordwrap \italic {
      (La escena representa el corral de una casa de
      gitanos en el Albaicín de Granada. Al fondo una
      puerta por la que se ve el negro interior de
      una Fragua, iluminado por los rojos resplandores
      del fuego.)
    }
    \hspace #0

    \line \bold { Acto II }
    \override #'(line-width . 50)
    \justify \italic {
      (Calle de Granada. Fachada de la casa de Carmela
      y su hermano Manuel con grandes ventanas abiertas
      a través de las que se ve el patio
      donde se celebra una alegre fiesta)
    }
  }
}

[image of music]

Une liste des différentes commandes permettant d’aligner du texte en mode markup est disponible à l’annexe Align.

Voir aussi

Manuel d’initiation : Déplacement d'objets.

Manuel de notation : Alignement, Indications textuelles.

Fichiers d’initialisation : ‘scm/define-markup-commands.scm’.

Morceaux choisis : Texte.

Référence des propriétés internes : TextScript.


Éléments graphiques dans du texte formaté

Vous pouvez, grâce au mode markup, ajouter divers objets graphiques à votre partition.

Certaines commandes de markup permettent d’ornementer des éléments textuels avec des graphismes, à l’instar de l’exemple suivant :

\markup \fill-line {
  \center-column {
    \circle Jack
    \box "in the box"
    \null
    \line {
      Erik Satie
      \hspace #3
      \bracket "1866 - 1925"
    }
    \null
    \rounded-box \bold Prelude
  }
}

[image of music]

Certaines directives peuvent nécessiter d’accroître l’espacement autour du texte – voir l’annexe Align pour une liste des différentes commandes particulières au mode markup ainsi que leur description.

\markup \fill-line {
  \center-column {
    \box "Charles Ives (1874 - 1954)"
    \null
    \box \pad-markup #2 "THE UNANSWERED QUESTION"
    \box \pad-x #8 "A Cosmic Landscape"
    \null
  }
}
\markup \column {
  \line {
    \hspace #10
    \box \pad-to-box #'(-5 . 20) #'(0 . 5)
      \bold "Largo to Presto"
  }
  \box \pad-around #3 "String quartet keeps very even time."
}

[image of music]

Vous pouvez imprimer certains graphismes ou symboles sans qu’il n’y ait de texte. Ces objets peuvent même se combiner, à l’instar de n’importe quelle expression markup.

\markup {
  \combine
    \draw-circle #4 #0.4 ##f
    \filled-box #'(-4 . 4) #'(-0.5 . 0.5) #1
  \hspace #5

  \center-column {
    \triangle ##t
    \combine
      \draw-line #'(0 . 4)
      \arrow-head #Y #DOWN ##f
  }
}

[image of music]

Des fonctionnalités graphiques avancées vous permettent même d’inclure dans une partition un fichier image converti au format PostScript encapsulé (extension eps), ou bien de tracer un graphique directement dans le fichier source à partir d’instructions PostScript pures. Nous vous conseillons, en pareil cas, de toujours spécifier les dimensions du dessin, comme dans ce qui suit :

c'1^\markup {
  \combine
    \epsfile #X #10 "./context-example.eps"
    \with-dimensions #'(0 . 6) #'(0 . 10)
    \postscript "
      -2 3 translate
      2.7 2 scale
      newpath
      2 -1 moveto
      4 -2 4 1 1 arct
      4 2 3 3 1 arct
      0 4 0 3 1 arct
      0 0 1 -1 1 arct
      closepath
      stroke"
  }
c'

[image of music]

L’annexe Graphic répertorie les différentes commandes en matière de graphisme.

Voir aussi

Manuel de notation : Alignement, Annotations éditoriales, Dimensions, Graphique.

Fichiers d’initialisation : ‘scm/define-markup-commands.scm’, ‘scm/stencil.scm’.

Morceaux choisis : Texte.

Référence des propriétés internes : TextScript.


Notation musicale dans du texte formaté

Divers éléments de notation peuvent orner une partition, au moyen d’un objet markup.

Notes et altérations sont données à l’aide d’instructions markup :

a'2 a'^\markup {
  \note {4} #1
  =
  \note-by-number #1 #1 #1.5
}
b'1_\markup {
  \natural \semiflat \flat
  \sesquiflat \doubleflat
}
\glissando
a'1_\markup {
  \natural \semisharp \sharp
  \sesquisharp \doublesharp
}
\glissando b'

[image of music]

Le mode markup permet d’accéder à d’autres objets de notation :

\relative {
  g1 bes
  ees\finger \markup \tied-lyric "4~1"
  fis_\markup { \dynamic rf }
  bes^\markup {
    \beam #8 #0.1 #0.5
  }
  cis
  d-\markup {
    \markalphabet #8
    \markletter #8
  }
}

[image of music]

En règle générale, tout symbole musical peut être inclus dans un markup, comme le montre l’exemple qui suit. Ces différents symboles sont répertoriés dans l’annexe La fonte Emmentaler.

\relative {
  c''2
  c'^\markup { \musicglyph "eight" }
  c,4
  c,8._\markup { \musicglyph "clefs.G_change" }
  c16
  c2^\markup { \musicglyph "timesig.neomensural94" }
}

[image of music]

La rubrique Fontes musicales contient d’autres informations sur l’impression de glyphes non alphabétiques, tels que des crochets ou accolades.

Le mode markup supporte aussi les diagrammes spécifiques à certains instruments :

\relative {
  c''1^\markup {
    \fret-diagram-terse "x;x;o;2;3;2;"
  }
  c^\markup {
    \harp-pedal "^-v|--ov^"
  }
  c
  c^\markup {
    \combine
      \musicglyph "accordion.discant"
      \combine
	\raise #0.5 \musicglyph "accordion.dot"
	\raise #1.5 \musicglyph "accordion.dot"
  }
}

[image of music]

La documentation sur ces diagrammes se trouve à l’annexe Instrument Specific Markup.

Rien ne s’oppose à ce qu’une étiquette ne comporte une partition.

\relative {
  c'4 d^\markup {
    \score {
      \relative { c'4 d e f }
      \layout { }
    }
  }
  e f |
  c d e f
}

[image of music]

Les différentes commandes markup relatives à la notation musicale sont répertoriées à l’annexe Music.

Voir aussi

Manuel de notation : La fonte Emmentaler, Musique, Fontes musicales.

Fichiers d’initialisation : ‘scm/define-markup-commands.scm’, ‘scm/fret-diagrams.scm’, ‘scm/harp-pedals.scm’.

Morceaux choisis : Texte.

Référence des propriétés internes : TextScript.

Problèmes connus et avertissements

L’espacement vertical d’un \score contenu dans un objet markup se contrôle par la propriété baseline-skip. Tout réglage au sein d’un bloc \paper est ignoré.


LilyPond — Manuel de notation v2.23.10 (branche de développement).