2.1.2 Hauteurs et armure

Note : Si, comme nombre de nouveaux utilisateurs, vous avez du mal à appréhender la notion de tonalité et d’armure dans LilyPond, consultez la note à la fin de cette page.


Altérations

Glossaire musicologique : dièse, bémol, double dièse, double bémol, altération.

LilyPond identifie le nom d’une note par sa hauteur. Par exemple, un c signifiera toujours do naturel, quelle que soit la tonalité ou l’armure.

Dans la notation par défaut, on obtient un dièse en ajoutant is au nom de la note, et un bémol en ajoutant es. Comme vous pouvez vous y attendre, un double dièse ou double bémol s’obtiennent en ajoutant isis ou eses. Cette syntaxe est dérivée de la convention de dénomination des notes dans les langues nordiques et germaniques, comme l’allemand ou le hollandais.

Cependant, si vous utilisez la commande \language "italiano" pour entrer les noms de note français au lieu des noms hollandais, il faudra ajouter un d pour obtenir un dièse, et un b pour un bémol. Le double dièse et le double bémol s’obtiennent en ajoutant respectivement dd et bb. Pour en savoir plus sur les autres langues disponibles, consultez Nom des notes dans d'autres langues.

\relative { cis''1 ees fisis, aeses }

[image of music]


Armures

Glossaire musicologique : armure, majeur, mineur.

L’armure est déterminée par la commande \key, suivie d’une hauteur puis de \major (majeur) ou \minor (mineur).

\relative {
  \key d \major
  d'4 fis a c |
  \bar "||" \key c \minor
  c,4 ees g b |
}

[image of music]



Attention aux armures et aux hauteurs

Glossaire musicologique : altération, armure, hauteur, bémol, bécarre, dièse, transposition, Noms de note.

LilyPond fait une distinction nette entre le contenu musical et sa représentation sur papier. Un code tel que d4 e fis2 définit la hauteur et la durée de notes ; il s’agit du contenu. L’armure, les altérations « à la clef », fait partie de la représentation imprimée. L’armure définit aussi des règles en matière de représentation des notes imprimées. LilyPond comparera chaque hauteur saisie avec l’armure pour déterminer s’il est besoin d’imprimer une altération accidentelle.

La commande \key détermine l’armure, ce qui affectera la représentation imprimée, et ne modifiera en aucun cas la hauteur assignée à une note telle qu’un c que vous aurez saisie.

Dans cet exemple,

\relative {
  \key d \major
  cis''4 d e fis
}

[image of music]

aucune note n’a d’altération accidentelle, et pourtant vous devrez entrer le is pour les notes cis et fis.

Le code b ne veut pas dire « Imprimez-moi un point noir sur la troisième ligne de la portée. » Cela signifie plutôt : « Ici se trouve une note dont la hauteur est un si naturel. » Avec une armure de la bémol majeur, ce si est flanqué d’un bécarre accidentel :

\relative {
  \key aes \major
  aes'4 c b c
}

[image of music]

Prenons un autre exemple : imaginez-vous devant un piano ; dès lors que vous voulez enfoncer l’une des touches noires, il vous faudra ajouter un is ou un es au nom de la note.

Ajouter explicitement toutes les altérations demande un peu plus d’effort dans la phase de saisie, mais cela facilite grandement la transposition. De plus, les altérations accidentelles peuvent ainsi être imprimées suivant plusieurs conventions. Pour connaître les différentes manières dont les altérations accidentelles peuvent être imprimées, consultez Altérations accidentelles automatiques.

Voir aussi

Manuel de notation : Nom des notes dans d'autres langues, Altérations, Altérations accidentelles automatiques, Armure.


LilyPond — Manuel d’initiation v2.21.82 (branche de développement).