1.5.1 Monophonie

Nous allons voir ici comment gérer plusieurs notes simultanées dans une même voix.


Notes en accords

Un accord est formé en mettant une série de hauteurs entre < et >. Un accord peut être suivi d’une durée comme une simple note.

<a c e>1 <a c e>2 <f a c e>4 <a c>8. <g c e>16

[image of music]

Un accord peut être suivi d’une indication d’articulation comme une simple note.

<a c e>1\fermata <a c e>2-> <f a c e>4\prall <a c>8.^| <g c e>16-.

[image of music]

Certaines notes, au sein même d’un accord, peuvent être affectées d’une articulation ou d’un ornement :

<a c\prall e>1 <a-> c-^ e>2 <f-. a c-. e-.>4
<a-+ c-->8. <g\fermata c e\turn>16

[image of music]

Certains éléments de notation, tels que nuances, soufflets et liaisons, ne peuvent se rattacher qu’à l’accord et non aux notes qui le composent, sous peine de ne les voir s’imprimer.

<a\f c( e>1 <a c) e>\f <a\< c e>( <a\! c e>)
<a c e>\< <a c e> <a c e>\!

[image of music]

Un accord peut se voir comme un conteneur de notes, articulations et autres éléments rattachés. Par voie de conséquence, un accord dépourvu de note n’a pas de durée ; toute articulation qui lui serait attachée interviendra au même moment que la note ou l’accord qui le suit et lui sera donc combiné – pour des combinaisons plus complexes, voir Expressions simultanées.

\grace { g8[( a b] }
<> ) \p \< -. -\markup \italic "sempre staccato"
\repeat unfold 4 { c4 e }  c1\f

[image of music]

Les accords peuvent être saisis en mode relatif. Dans un accord, l’octave de chaque hauteur saisie est fonction de la précédente, à l’exception de la première qui, elle, sera positionnée en fonction de la première hauteur mentionnée dans l’accord précédent ou de la note individuelle précédente. Les autres notes au sein de l’accord se positionnent relativement à la précédente.

<a c e>1 <f a c> <a c e> <f' a c> <b, e b,>

[image of music]

Pour plus d’information à propos des accords, voir Notation des accords.

Voir aussi

Glossaire musicologique : accord.

Manuel d’initiation : Combinaison de notes en accords.

Manuel de notation : Articulations et ornements, Notation des accords. Octaves relatives, Plusieurs voix.

Morceaux choisis : Notes simultanées.

Problèmes connus et avertissements

Un accord comportant plus de deux notes dans le même « espace de portée » – tel que ‘<e f! fis!>’ – conduit immanquablement à des chevauchements. En fonction de la situation, un meilleur rendu peut nécessiter de recourir à


Répétition d’accords

Dans le but de vous épargner de la saisie, LilyPond dispose d’un raccourci – symbolisé par la lettre q – qui a pour effet de répéter le dernier accord saisi :

<a c e>1 q <f a c>2 q

[image of music]

À l’instar de n’importe quel accord, le symbole de répétition peut être affublé d’une durée, de signes d’articulation, markups, liaisons, ligatures… En fait, c’est la structure du dernier accord qui est dupliquée.

<a c e>1\p^"text" q2\<( q8)[-| q8.]\! q16-1-2-3 q8\prall

[image of music]

Dans la mesure où le symbole de répétition d’accord enregistre la structure du dernier accord construit, il est tout à fait possible de l’utiliser même après une succession de notes individuelles et de silences :

<a c e>1 c'4 q2 r8 q8 |
q2 c, |

[image of music]

Le symbole de répétition d’accord ne prend en charge que les hauteurs, en aucun cas les nuances, articulations ou ornementations, qu’elles aient été attachées aux notes le composant ou à l’ensemble.

<a-. c\prall e>1\sfz c4 q2 r8 q8 |
q2 c, |

[image of music]

Le seul moyen de les reproduire consiste à utiliser explicitement la fonction \chordRepeats, en lui adjoignant un argument supplémentaire qui recense les types d’événement à répéter et qui seraient absents de l’accord construit par un q.

\relative c'' {
  \chordRepeats #'(articulation-event)
  { <a-. c\prall e>1\sfz c'4 q2 r8 q8-. } |
  q2 c, |
}

[image of music]

Comme vous pouvez le constater, l’utilisation de \chordRepeats au sein d’un bloc \relative ne produit pas le résultat escompté : les événements de l’accord expansés sont identiques à la saisie traditionnelle d’un accord, ce qui a pour conséquence que l’octave affectée par \relative repose sur le contexte en cours.

Dans la mesure où l’imbrication de clauses \relative n’est pas source d’interférence, l’ajout d’un \relative à ce qui sera concerné par l’instruction \chordRepeats permet d’établir une relation d’octave entre les accords dès avant leur expansion. Dans le cas présent, l’intégralité du bloc \relative intérieur n’affecte en rien ce qui l’entoure, ce qui explique la spécification d’octave attachée à la dernière note.

\new Voice
\relative c'' {
  \chordRepeats #'(articulation-event)
  \relative c''
  { <a-. c\prall e>1\sfz c'4 q2 r8 q8-. } |
  q2 c |
}

[image of music]

Les interactions avec \relative ne se produisent que lors d’un appel explicite de \chordRepeats : l’expansion implicite en début de saisie intervient à un moment où toutes les instances de \relative ont déjà été interprétées.

Voir aussi

Manuel de notation : Articulations et ornements, Notation des accords.

Fichiers d’initialisation : ‘ly/chord-repetition-init.ly’.


Expressions simultanées

Lorsqu’une ou plusieurs expressions musicales sont encadrées par des doubles chevrons, elles sont considérées comme étant simultanées. Si la première expression débute par une note unique ou si l’intégralité de l’expression simultanée est explicitement rattachée à une voix en particulier, elle sera placée sur une seule portée. Dans le cas contraire, les éléments d’une expression simultanée seront placés sur des portées distinctes.

Voici deux exemples d’expression simultanée sur une même portée :

\new Voice {  % explicit single voice
  << { a4 b g2 } { d4 g c,2 } >>
}

[image of music]

% single first note
a << { a4 b g } { d4 g c, } >>

[image of music]

Cette manière de procéder est utile lorsque les éléments de l’expression ont des rythmes identiques. Dès que vous tenterez d’attacher sur une même hampe des notes de durée différente, vous générerez des erreurs. Notes, articulations et modifications de propriétés au sein d’un même Voice sont enregistrés et gravés selon l’ordre musical :

<a c>4-.  <>-. << c a >>  << { c-. <c a> } { a s-. } >>

[image of music]

La présence de plusieursdifférentes hampes, ligatures, durées ou propriétés au même instant musical nécessite l’utilisation de plusieurs voix.

Dans l’exemple suivant, l’expression simultanée génère implicitement plusieurs portées :

% no single first note
<< { a4 b g2 } { d4 g2 c,4 } >>

[image of music]

En pareil cas, des rythmes différents ne sont source d’aucun problème puisqu’ils sont interprétés dans des voix différentes.

Problèmes connus et avertissements

Des notes, bien qu’appartenant à des voix différentes, mais dont les hampes ont la même orientation, peuvent se retrouver au même endroit sur la portée, ce quelque soit le décalage que vous auriez pu leur appliquer. Ceci ne manque pas de faire apparaître un message

warning: ignoring too many clashing note columns

en français :
Avertissement : trop d'empilements de notes se chevauchent. On fera au mieux.

lors de la compilation. Le déclenchement de cet avertissement peut être désactivé par une clause

\override NoteColumn #'ignore-collision = ##t

Ceci n’aura pas pour seule conséquence que ce message ne sera plus émis ; les procédures d’évitement de collision de quelqu’ordre que ce soit seront désactivées, ce qui peut conduire à quelques effets inattendus (voir aussi Problèmes connus et avertissements à la rubrique Résolution des collisions).


Clusters

Un cluster indique un agrégat de sons. On peut le représenter par une plage limitée par un ambitus (notes extrêmes). On obtient une telle notation en appliquant la fonction makeClusters à une séquence d’accords, comme

\makeClusters { <g b>2 <c g'> }

[image of music]

Des notes ordinaires et des clusters peuvent cohabiter sur une même portée, y compris simultanément – en pareil cas, rien ne sera fait pour tenter d’empêcher les chevauchements entre notes et clusters.

Voir aussi

Glossaire musicologique : cluster.

Morceaux choisis : Notation simultanée.

Référence des propriétés internes : ClusterSpanner, ClusterSpannerBeacon, Cluster_spanner_engraver.

Problèmes connus et avertissements

L’apparence d’un cluster sera extrêmement resserrée s’il ne comporte au moins deux accords.

Dans la mesure où un cluster ne possède pas de hampe, il n’y a aucun moyen d’en connaître la durée ; cependant la longueur du signe imprimé dépend directement de la durée affectée aux accords qui le définissent.

Seul un silence peut séparer deux clusters.

Les clusters ne sont pas reproduits en MIDI.


Autres langues : English, deutsch, español, italiano, 日本語.
About automatic language selection.

LilyPond — Manuel de notation